L’ÉTUDE CAC 40 VCOMV :

Carnet de tendances

Le CAC 40 en tenue de combat

L’année 2020 aura été l’année de tous les dangers et de tous les chaos. C’est dans la tempête que l’on reconnaît les vrais capitaines d’industrie. Trois conditions requises.

1. Être manœuvrant.

On aurait pu penser que la pandémie frapperait d’immobilisme le CAC 40. Erreur car il n’y a jamais eu autant de grandes manœuvres : fusion PSA et FCA, acquisition de BOMBARDIER par ALSTOM, achat de TIFFANY par LVMH et OPA de VEOLIA sur SUEZ.

Pour être agile, rien de mieux qu’être polyvalent : voir loin (télescope) et avoir le sens du détail (microscope) car le diable se cache souvent dans le détail.

2. Avoir le sens du produit.

Quelle que soit l’appellation, “car guy”, “épicier”, “geek”, “techos”, c’est la prime à la professionnalisation des profils et aux passionnés de leur métier : FAURY (AIRBUS), POUPART-LAFARGE (ALSTOM), TAVARES (STELLANTIS)…

L’heure de la relève a sonné car, au 01/07/2021, près d’un tiers du CAC 40 aura renouvelé son exécutif par rapport à 2019 :

  • 75 % de nouveaux dirigeants issus de l’interne (ANDRIES, SAFRAN ; BAZIN, SAINT-GOBAIN ; HIERONIMUS, L’OREAL ou ROUSSAT, BOUYGUES…) et 100 % de spécialistes du secteur d’activité si l’on inclut les compétences trouvées à l’externe (HUDSON, SANOFI ; MACGREGOR, ENGIE ; de MEO chez RENAULT).
  • la pratique du “parachutage sec” (sans expérience du secteur et/ou de l’entreprise) est donc bien révolue.

3. Jouer collectif.

Le chef doit se mettre au service du collectif, c’est le triomphe des “teamplayers” et la défaite des égocentriques. Ce qui suppose de :

  • travailler en équipe au sein d’un Comex fort ;
  • prendre le parti de la gouvernance duale. En 2013, seulement 35 % des entreprises du CAC 40 avaient une gouvernance duale contre 65 % (26/40) au 01/07/2021 (source Ethics & Boards) ;
  • travailler en bonne intelligence avec son Conseil d’administration ;
  • savoir, le cas échéant, composer avec un fonds d’activiste.

    [recaptcha]
    Mentions légales