L’ÉTUDE CAC 40 VCOMV :

Carnet de tendances

Autres temps, autres mœurs, autres dirigeants : le nouveau profil des patrons du CAC 40.

Première chance du CAC 40 dans ce contexte de crises à répétition (économique, géopolitique, énergétique et logistique) : avoir procédé à un renouvellement sans précédent de ses dirigeants.

Le coup de grisou planétaire a en effet coïncidé avec un coup de balai managérial : depuis le printemps 2019, c’est 47,5 % des entreprises figurant au CAC 40 qui ont changé de patron.

Deuxième chance du CAC 40 : avoir réalisé ce changement patronal en puisant presque totalement dans les ressources internes.

Près de 71 % des nouveaux dirigeants sont issus de leur entreprise et ont été formés par elle : ANDRIÈS (SAFRAN), HIERONIMUS (L’ORÉAL), JACKOW (AIR LIQUIDE), ROUSSAT (BOUYGUES) etc… ; le reste étant le fait de spécialistes de la spécialité : HUDSON (SANOFI), MACGREGOR (ENGIE), de MEO (RENAULT) ou de SAINT-AFFRIQUE (DANONE).

Troisième chance du CAC 40 : un renouvellement accompagné d’un changement de profil.

C’est le triomphe des ingénieurs face à des profils plus généralistes :

  • Domination des polytechniciens (30 % du CAC 40) ;
  • Émergence des centraliens (10 %) ;
  • Quasi-disparition des énarques : 2/40 soit quatre fois moins qu’il y a dix ans.

Avec une satisfaction de taille : l’arrivée des ingénieures parvenues à se hisser au premier plan : BRACHLIANOFF, X-Ponts chez VEOLIA, HEYDEMANN, X-Ponts chez ORANGE ou MACGREGOR, Centralienne chez ENGIE.

    [recaptcha]

    Mentions légales